Jeudi
11
Juillet
Lorient

Lorient


Formez vos talents, Osez l’innovation, Ouvrez vos horizons

Le 11 juillet 2019 le Premier Tour de France de de l’innovation en territoires d’industrie a effectué une étape à Lorient à la Cité de la voile Eric Tarbaly.

Cette étape a été co-organisée par l’INSA de Rennes et l’Université de Bretagne Sud (UBS)

 

L’atelier-débat qui a réuni des entreprises, des acteurs économiques, des représentants de l’enseignement supérieur, a porté sur la place de l’innovation et de l’export dans l’activité des acteurs économiques des territoires d’industrie avec les témoignages de de Matthieu SOUBEN (dessinateur de voiles - Société All Purpose) et de Bruno CHEVALLIER (consultant en innovation - Société Equipage Innovation)

 

« L’innovation est une culture, un état d’esprit »

 

Après une introduction sur les fondements de l’Institut Innovent-e, la présidente de la CPME Bretagne (Confédération des Petites et Moyennes Entreprises) Brigitte Le Cornet nous rappelle que 99% des entreprises sont des Pme-Pmi. La durée de vie de leurs produits est court et impose un renouvellement d’où l’innovation permanente.

Le directeur des formations de l’INSA Rennes Patrice Leguesdron présente l’opportunité pour les étudiants d’intégrer un master « entreprendre et innover » en partenariat avec Rennes School of Business. Un parcours « recherche, innovation et entreprenariat » sur 5 ans permet de sensibiliser puis d’accompagner les étudiants dans leur projet de créativité.

 

Mathieu SOUBEN, notre 1er témoin, nous présente sa passion et sa mission chez All Purpose, assembleur de tissu de voile. La raison de vivre de la structure, c’est l’innovation puisque toute la valorisation de la relation client repose sur cet argument.

 

Quand on est 20, comment être compétitif avec des grands groupes ?

La force de la pme, c’est sa taille qui lui permet de rester agile et compétitive.

De ce fait, la petite entreprise est capable de répondre à une demande spécifique, d’innover pour apporter une réponse à un client et cela correspond au marché de la voilerie puisque chaque pièce est unique. Leur structure devient une force, peu de hiérarchie, chaque salarié responsable de sa voile…

 

Mais parfois manque-t-il des compétences en interne ?

Réponse : « on trouve, on brainstorme, on innove sans le savoir »

« Au coup par coup, on va chercher des synergies avec les clients, les fournisseurs ».

 

L’innovation, est ce que ça s’apprend ?

Mathieu SOUBEN nous répond : "A priori c’est plutôt une question d’état d’esprit, de curiosité. Par contre, apprendre à apprendre c’est important, c’est une des grandes forces de mon cursus d’ingénieur INSA. Apprendre à canaliser l’envie aussi".

 

Bruno CHEVALIER, notre 2e témoin, consultant chez Equipage Innovation (parce que « dans une entreprise, on est tous dans le même bateau »), explique que transformer l’idée en un produit, cela s’apprend.

 

Un conseil : ne pas tout faire tout seul !

 

Mais avec qui ? Il existe des agents facilitateurs sur le territoire… Mais pour les PME-PMI, le temps manque cruellement, il leur est difficile de les identifier, de comprendre qui-fait-quoi-où-comment.

 

L’aide de stagiaire (réserve sur l’expérience), d’un Mr innovation, d’un laboratoire de recherche universitaire, le GIE (Groupement d'Intérêt Economique) sont des pistes soulevées. Cependant, un frein doit être levé, celui de la méfiance.

 

…la propriété intellectuelle, un débat s’installe : hyper important pour les uns avec des conseils sur la contractualisation, faux problème pour d’autres puisque le copieur ne rattrapera jamais l’innovateur. Vrai problème pour celle qui s’est fait spolier son invention…

 

L’accompagnement réduit les risques. Sur le territoire, la CCI (Chambres de Commerce et d'Industrie) rappelle l’importance des écrits. L’institut national de la propriété intellectuelle propose un diagnostic gratuit.

Un membre de la SATT (Sociétés d'Accélération du Transfert de Technologies) propose que les facilitateurs éditent des Templates et/ou des dossiers en 5/10 points clés sur l’innovation.

 

Dans le public, on suggére de faire tomber les barrières et d’innover avec des concurrents. Il suffit de collaborer (open source) sur tout ce qui n’a pas de valeur marchande pour faire baisser les couts et de conserver l’exclusivité sur ce qui est structurant pour le business.

 

Comment financer l’innovation ?

Mathieu SOUBEN facture l’innovation au client ou utilise le crédit d’impôt innovation. Définir un budget innovation nécessite un cahier des charges précis pour Bruno CHEVALIER mais il faut accepter une part de surprise (à hauteur de 20%).

L’ingénierie financière peut être sous-traitée à des cabinets d’experts qui connaissent les dispositifs du crédit d’impôt, des aides et subventions, du développement à l’export (BPI).

 

Et si on est seul avec une idée sans moyen allez voir un grand groupe est-il une alternative ? Se faire recruter en ETI, intégrer une pépinière, se tourner vers la CCI, vers un incubateur privé (qui va revendre le projet à un grand groupe) ?

 

Les échanges entre tous les participants ont été riches, reflétant un réel désir de partager des expériences, des points de vue. Certains nous ont avoué ne plus voir l’Innovation de la même manière et vouloir continuer leur réflexion sur ce sujet.

 

 

 


Remerciements pour leur soutien lors de cette étape :

Catherine FAYOLLE, ingénieure pédagogique à l’INSA de Rennes et coordinatrice du Premier Tour de France de l’innovation sur la région Bretagne
M’Hamed DRISSI Directeur de l’INSA Rennes
Jean PEETERS, Président de l’Université Bretagne SUD
Patrice LEGUESDRON, Directeur des formations à l’INSA de Rennes
Brigitte LE CORNET, Présidente de la CPME Bretagne,
Claude DOZOUL, Président de la CPME du Morbihan
Lorient Agglomération
Cité de la Voile Eric Tabarly pour avoir reçu cette étape en ses locaux et mis à disposition son équipe technique.


      

UN ÉVÉNEMENT

AVEC SES MEMBRES FONDATEURS

<
AVEC LE SOUTIEN NATIONAL
<